10/06/2008

Mmmmh Freaky Foodies, la suite de la saga en vidéo

 

Respectes ton corps nous dit Carlo ...

Ne bois pas de Capuccino après midi ...

http://www.youtube.com/watch?v=vPo-MAzUbKE

10:19 Écrit par jeepee dans Mmmmh Freaky Foodies | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/05/2008

Demain ... William Ledeuil du "Ze Kitchen Gallery" chez Mmmmh!

Dépéchez-vous car je crois qu'il y a encore de la place ... Une fois n'est pas coutume, je commence par la fin . . . un cours de cuisine est organisé ce samedi 17 mai à 18h chez Mmmmh! dans le cadre du week-end Fooding (R).

Le chef invité est William Ledeuil du restaurant parisien " Ze kitchen Gallery". william medeiom
Malgré un nom qui m'a toujours fait peur, j'y suis allé trois fois et à chaque fois, ce futun choc. Découvert par hasard suite à la recommandation d'un concierge d'hôtel près du boulevard Saint-Germain, j'ai découvert l'endroit il y a deux ans environ. Quel choc ! La fusion italienne asiatiaque parfaite. Des accords de saveurs dingues, une justesse de goût ... j'ai choisi pour vous par internet ce que je mangerais dans sa carte si j'y allais ce soir :

en entrée : macaroni et pistou de roquette, asperges et crevettes, bouillon thai citronelle

en plat : filet et poitrine de porc grillés et laqués, condiment mostarda gingembre et fruits

en dessert : cappuccino chocolat "gianduja", glace cacahuète et émulsion au poivre .

 Inutile de vous dire que j'en salive ....

Demain , on apprendra avec lui à faire un gaspacho de betteraves gingembre et un cappuccino de fraise émulsion wasabi . Autrement dit, c'est vous qui avez tort de pas venir !ledueil

 

16:04 Écrit par jeepee dans Restos, mes adresses | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : restaurant |  Facebook |

08/05/2008

Le match des pâtes

J'ai eu la chance hier d'aller deux fois au resto ( midi et soir, pas deux dans la même soirée comme à Rome avec mes compères Carlo, Fred et Sergio ) à Bruxelles.

Le midi : Convivio, place du Chatelain et le soir : Vini Cucina chaussée de Waterloo.

Pour la déco, le style,etc .... rien à dire, les deux se valent. Au niveau de l'assiette, je dois tirer mon chapeau au convivio qui est remonté comme une flèche dans mon estime. Je dois avouer que j'avais un peu perdu l'habitude d'y aller, lassé par un manque de renouvellement dans la cuisine de ce restaurant qui a fait mes belles heures il y ... presque une dizaine d'années. Les deux soeurs qui tiennent l'établissement ont su se renouveller sur un marché encombré du resto italien "nouveau authentique". Elles osent sortir des sentiers battus, tout en mettant à la carte des traditionnels pâtes al ragu de saucisses toscanes.  J'y ai mangé en entrée une délicieuse salade "carpacciotée " de fenouil, agrementé de citron, huile d'olive et baies roses. Simplissimes et délicieux. Carlo prétend qu'il a inventé la recette ( c'est vrai, elle est dans son cours de nuova cucina italiana mais je n'ai jamais vu Rosa à ce cours ! ) . Bref, de la fraîcheur, des goûts, ma recette pour cet été. J'ai ensuite goûté des pâtes à l'épeautre aux artichauts. Très bon même si je n'ai pu terminer mon assiette par manque d'appétit. C'était juste et bon.

Par contre, le soir, j'ai été très déçu par Vini Cucina. Les bucattini à la matriciana n'étaient pas terribles. Je fais mieux je trouve .... Quand on veut faire ce genre de cuisine italienne, il ne faut pas chipoter sur les ingrédients ...

 

Bref, match gagné haut la main par Convivio !

 

ps : deux jours avant, j'étais allé au scirocco, chez Alessio. Sujet de mon prochain post.

29/08/2007

Bon, propre et juste ... Slow Food enfin à Bruxelles

Vous êtes partisan d'une alimentation diversifiée et éthique, vous privilégiez les produits locaux, cultivés ou élevés dans le respect de la terre, des animaux et du consommateur. Vous consommez des produits bio, ou vous agissez de manière responsable en choisissant les aliments que vous consommez, vous vous sentez acteur de votre rapport à l'environnement par vos achats et votre comportement...Vous avez à coeur de protéger la diversité de toutes les productions alimentaires locales, vous êtes un(e) gastronome, un(e) gourmand(e), un "foodist" , voire une "food addict"...

Rejoignez le mouvement Slow Food, et participez avec Karikol, notre convivium (ouvert à tous les bruxellois, toutes les bruxelloises, sans oublier les brabançons, flamands ou francophones) à toutes les manifestations, soirées et activités autour de thèmes gourmands et conscients, dans la convivialité et la bonne humeur qui nous caractérise...(Eh oui, c'est une bande de joyeux drilles, dont je fais partie!)

( merci à Catherine, ma chère co-fondatrice http://cuisine-et-sante.skynetblogs.be/post/4868117/slow-... à qui j'ai piqué ce texte  )

dyn006_original_500_312_pjpeg_2542000_d33a001549f9a79718659d8778802a1c

12:01 Écrit par jeepee dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/07/2007

Hermé ou Ladurée ? A vous de décider

Hermé ou Ladurée ? Les macarons sont (re-)devenus à la mode depuis quelques années avec deux fleurons parisiens de la patisserie qui en ont fait leur étendard. Je passe rapidement sur le fait que Pierre Hermé

t-macarons_printemps_20051

 

est un ancien de Ladurée

laduree-macaroons

 

et j'arrive à l'essentiel.

Qui fait les meilleurs macarons ?

Après ma dernière visite, j'ai tranché ...

 

J'aimerais avoir néanmoins votre avis car... nous envisageons d'offrir la possibilité à nos clients de les commander dans le magasin pour les fêtes ... alors lequel des deux vous ferait plaisir ?

 

Merci de poster vos commentaires à ce sujet !

12:08 Écrit par jeepee dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

20/06/2007

Les cours de juillet et août sont en ligne

Ouf, nous avons survécu à l'ouverture du 92 chaussée de Charleroi.

 

Le résultat est super sympa ! On s'y sent déjà à la maison.

 

venez y faire un tour pour suivre un cours ou craquer sur des supers produits.

13:34 Écrit par jeepee dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/06/2007

Journées Portes Ouvertes chez Mmmmh!

On y est enfin ! Après des semaines de boulot intensif, le nouvel espace a ouvert ses portes.  Venez y vite ce dimanche pour les journées Portes Ouvertes !

 En avant-première ... quelques photos de l'endroit ...

atmo1

 

MAGA1

SUSHI1

ASZIA

18:36 Écrit par jeepee dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/05/2007

On y est presque

Ouf ... nous sommes dans la dernière ligne droite avant l'ouverture de notre nouvel espace.  Toute l'équipe est sur le pont pour cette ouverture qui s'annonce mémorable.  Un programme de cours à faire saliver, des espaces de cuisine modernes, bien équipés et aérés, un super lounge pour lire une revue ou attendre son cours, un magasin avec plus de 1.000 références gourmandes... 100 places de parking !

Y a plus qu'à ... vous attendre le 1er juin !

M2_ext_1

 

18:37 Écrit par jeepee dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/05/2007

Mandivass

Dans la série " JP va au resto", nous sommes allés au restaurant " le Mandivass", près de la place Saint-Job. Un cadre et un accueil très sympa, une carte courte mais juste , c'est parfait pour un vendredi soir. Je vous recommande le veau qui était délicieux ... un bémol toutefois sur la carte des vins qui aussi est ... courte et manquait tant qu'à faire d'originalité. Cela ne me dérange pas qu'il y aie 10 vins mais alors, des découvertes svp !

19:39 Écrit par jeepee dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L'huile d'Olive de Nyons, première AOC !

Lors de mon dernier voyage en France, j'ai eu le plaisir de découvrir une région fabuleuse, la drôme provencale, avec son chef-lieu, Nyons. Pays de la tanche, cette région produit une fabuleuse huile d'olive, (appelée de Nyons forcèment )

logo

 

Le site web de l'appelation décrit ainsi ce produit :

" L’ensemble des caractéristiques du climat du sol (terroir) associé à la variété permet d’obtenir une olive particulière. A cette spécificité s’ajoute le savoir-faire ancestral des hommes en matière de culture de mode de préparation.
L’olive noire de Nyons est cueillie à complète maturité légèrement ridée par les premiers froids et la siccité de l’air. A ce stade de maturité l’amertume naturelle de l’olive a considérablement diminué, elle peut–être éliminée par des procédés naturels et ancestraux l’immersion dans une saumure au sel fin à 10%. Par cette méthode il faut 6 mois minimum pour que par effet d’osmose le sel pénètre dans l’olive et que l’amertume se dissipe dans l’eau salée. Pendant cette période les matières colorantes sont partiellement extraites. L’olive de Nyons proposée aux consommateurs a donc une couleur marron foncé appelée « bure de moine. Ces olives préparées naturellement doivent être conservées à l’abri de l’air sous vide en saumure.
Citons également la préparation pendant la cueillette de l’olive piquée la chair de l’olive fraîchement cueillie est perforée de petits trous et l’olive sont saupoudrée de sel fin. Celui-ci pénètre dans l’olive par ses blessures l’olive « pleure » elle perd l’eau et l’amertume contenues dans ses cellules.. Après quelques jours l’olive est parfaitement consommable. La durée de vie de cette olive est très courte et sa commercialisation n’est effectuée pratiquement que pendant les mois de récolte ‘(décembre janvier février. C’est un produit qui a un goût extraordinaire de noisette faiblement salé une véritablement olive primeur
L’huile d’olive de Nyons est le pur jus de fruit de l’olive de Nyons. Cueillies à la main en pleine maturité noires ces olives sont écrasées très tôt après cueillette 2 ou 3 jours au minimum et les caractéristiques de l’olive participent au goût unique de l’huile d’olive de Nyons et à sa typicité analytique un pourcentage d’acide oléique voisin de 80% et le rapport du taux de Delta 5 Avenastérol Campestérol est toujours > 3.
Pour le goût citons comme paramètres essentiels un arôme de pomme verte d’herbe fraîchement coupée en bouche une onctuosité très prononcée ainsi qu’un parfum de noisette ou d’amande."

 

Et à la dégustation, qu'est ce que cela donne ? ? ?  et bien, aussi suprenant que cela puisse paraître, le goût est très doux, pas du tout agressif et loin des huiles d'olive qui sautent à la gorge  ( mais bon ok, je suis pas sur d'avoir trouvé l'arôme de Granny smith ou de noisette ).

 

Bref, si vous passez par là ... arrètez-vous et achetez-en, c'est de la bonne ...

 

OLIVIER_BRANCHE_nyons

 


19:22 Écrit par jeepee dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

11/05/2007

Tara tataaaaaaaaaa

tara

16:56 Écrit par jeepee dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/04/2007

Kolya ou le tartare cuit qui est un hamburger pas cuit épicé

Le tartare cuit ... une hérésie culinaire ou une découverte sympa ?

 

Découvert sur une carte de restaurant  à Paris il y a déjà quelques années, je me suis laissé tenté ce midi par ce curieux avatar des temps modernes qu'est le tartare cuit.   Et bien  ... je vous le conseille ... en tous cas au Kolya où il est bien préparé quoique manquant de sel selon moi. L'expérience est sympa, cad que finalement c'est un hamburger bien épicé. Bref, si vous en voyez sur une carte, essayez !

kolya

 

www.kolya.be

 

 

16:34 Écrit par jeepee dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

15/03/2007

nouveau site web chez mmmmh!

Eh eh après des mois de labeur intensfi, nous y sommes arrivés ... notre nouveau site web est en ligne.

 

Il est plus chouette, plus facile à utiliser et plein de contenu intéressant...

 

cliquez vite sur ce lien pour y aller

 

 

siet web.jpeg

 

13:33 Écrit par jeepee dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

25/02/2007

Buccatini alla matriciana

Yes ............ la recette est maitrisée ... voici trois semaines que je m'amuse à la refaire, à la plus grande satisfaction de Dona, qui en vraie italienne, est ravie de manger des pâtes à longueur de journée ...

 

Carlo m'en avait donné les bases, et voici comment je la fais :

 

premier truc important : utiliser UNE poêle par PERSONNE, cela permet une finition top dingue à la fin .

 

Donc, on découpe 80 gr de pancetta par personne, on les tape dans les pôeles à fond, suivi d'oignons ou échalottes, cela cuit, caramélisé, sue, tout ce que vous voulez mais vous obtenez un mélange délicieux ... quand c'est goutu, vous rajoutez des tomates cerises coupées en deux et vous laisser confire à feu doux.

 

Pendant ce temps, vous faites cuire des buccatini ( "ecco" sont bonnes ) dans une grande casserole d'eau et juste avant la fin de la cuisson al dente, vous les tapez dans les pôeles avec un peu d'eau de cuisson ( eh ... pas laver les pâtes à l'eau froide ou chaude avant ... ). Vous remuez et servez avec du pecorino romain ou du parmiggiano. C'est ultra simple mais bien réussi , c'est top. Charlie, le cousin de Dona avait l'air d'approuver :)

Tant pis pour Jean-Cyril qui n'a pas pu venir ...

 

On a accompagné ce plat d'un vin couillu que m'avait conseillé Miguel, notre chouette voisin de chez Migs World wines : un merlot du Trentin : Longariva. Un vin wouaw dans le genre, de la matière, à carafer avant pour pouvoir en profiter mais vraiment chouette. Bon, je sais pas plus vous en parler, allez chez Miguel et demandez lui , c'est génial.

 

 

13:52 Écrit par jeepee dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/12/2006

Flaneries Gourmandes

Ce midi, nous sommes allés déjeuner dans une pépite (trop) bien préservée près de notre bureau : le restaurant d'Alex Malaise " Flaneries Gourmandes". Alex est un ancien de chez Bon Bon et comme le dit si bien Carlo, c'est un des rares restaurants qui nous "attrape par le goût". Cest la quatrième fois qu'on y va et à chaque fois, c'est topissime. Tout est nickel ( sauf la déco, c'est vraiment pas son truc ). Du pain à l'huile, de l'entrée au dessert.

top

Outre le fait que Alex donne des cours de cuisine chez nous ( comme les desserts sont sa spécialité, j'ai été suivre son cours sur les choux, c'était topissime ), sa cuisine est délicieuse, inventive et juste. Qu'ais-je donc mangé ce midi ? Un trio d'oeufs à la coque dont le jaune est cuit au bain-marie et le blanc est changé par une "crème" de pommes de terres, le tout terminé par un jus de truffes et accompagné bien entendu par des délicieuses mouillettes, petit soldat de pain toasté. Et comme il faut se lacher, on ne s'est pas privé de prendre un dessert : une crème vanillée au potiron sur un lit de brownies de fruit secs accompagné d'une glace au calisson d'aix. pfuuuuuuuuuu.

Bon, allez y, allez y, allez y et dites que vous venez de notre part.

Avant qu'il ne soit trop tard et qu'il n'y aie plus de place.

17:19 Écrit par jeepee dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/11/2006

Qui a dit qu'il n'y a que trois cépages en Champagne ?

Eh eh, je vais faire bondir pas mal de monde avec ce blog ( enfin, toute chose étant égales par ailleurs ... ) et j'espère les sommeliers de chez Mmmmh ... Grâce à mon pater familias, grand passioné de vin depuis toujours, j'ai découvert un champagne hors du commun ... la cuvée du nombre d'or des champagnes Aubry http://www.champagne-aubry.com/default.asp.

 

Ces vignerons dont je vous invite à aller voir le site ( et à déguster les vins ) sont situés à Jouy les Reims et se sont mis en tête de faire du champagne "historique" en replantant des cépages qui ne sont plus utilisés depuis longtemps. Voici ce qu'ils en disent :"

 

L’histoire commence en 1986, lorsque Pierre et Philippe Aubry décident de créer une cuvée spéciale pour célébrer, en 1991, le bicentenaire de la maison. Ils songent alors à reproduire les caractères du champagne au XVIIIe siècle. Plongés dans les manuels et traités anciens, ils entrevoient rapidement les limites de leur projet s’ils ne disposent pas des fondements, autrement dit de tous les cépages nobles cultivés à l’époque : l’arbanne, le petit meslier, le fromenteau et l’enfumé manquaient . Cependant ces souches de vignes étaient en voie d’extinction. Qu’importe ! Ils vont les retrouver, les multiplier, les récolter, les vinifier.

L’année du bicentenaire arrivera trop tôt pour que les jeunes plants soient productifs et seule une composition originale de vins conventionnels permettra à la cuvée anniversaire d’avoir déjà un esprit Siècle des lumières .

1989-1990 : Les deux antiquaires du champagne greffent et installent leurs premières vignes oubliées .
1993 : Première récolte vinifiable de deux cépages blancs, l’arbanne et le petit meslier .
1994 : Première vendange de fromenteau et d’enfumé. Avec le chardonnay, le pinot noir et le meunier, la collection est désormais complète .
2000 : Tous les cépages champenois enfin réunis, sont réimplantés en vignes franches-de-pied, cultivés en foule, comme à l’époque préphylloxérique, là où la nature du sol l’autorisera .

La cuvée – Le Nombre d’Or - sera l’œuvre issue en partie de ce conservatoire exceptionnel, un champagne à sept voix, dont la tonalité unique évoquera ce que le vin fut en ses débuts, une authentique expression de la diversité .
"

 

7CFC1B3E-A426-439e-BBE0-657DEB360FE1

 

Le résultat est un champagne que he qualifierais de très élégant, à des milliers d'annés lumières d'autres champagnes à cocktail/people hum hum. Celui que je choisirai de servir à mon anniversaire le 26/12 prochain, en complément du Ruinart blanc de blanc ...

 

Ce qu'ils en disent :

 

Le Nombre d'Or campanae veteres vites
Assemblage de cépages oubliés.
Nez de citron vert, rosé sauvage, muguet, bois exotique.
Bouche marquée par la châtaigne grillée et la poire très mûre

 

Bref, une découverte unique mais aussi intéressante. Oui c'est original mais en plus , c'est bon

 

Ceci dit, ne vous choquez pas si on continue à vous dire que il n'y a que trois cépages utilisés en Champagne ... les pov's , ils peuvent pas savoir ce qu'ils ratent . chuutttt que ce secret reste bien gardé afin qu'il y en aie assez pour nous ...

 

13:06 Écrit par jeepee dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/11/2006

Raz el hanout

Ce soir, je prépare un couscoussss à ma façon ( de toute façon, comme il y a des milliers de recettes de couscousss, ils sont toujours à " la façon de celui qui le fait )...  J'ai essayé donc de reflechir ( bon ceux qui ricanent ... arrêtez tout de suite  ! ) à ce qui définissait un couscous, ben à première vue, à part que ce sont des ingrédients mijotés, je ne trouvais pas... Puis me vint l'idée de consulter notre bible d'infos des temps modernes , à savoir Gooooogle.  Et là, sur wikipedia, je suis revenu à l'évidence ... depuis ce matin, je fais le blond !!!! Le couscous n'est pas le plat mais la semoule !

 

wikipedia :

Au sens strict, le couscous est la graine obtenue par agglomération de semoule de blé, celle-ci pouvant être fine, moyenne ou grosse. Le couscous est accompagné d'un bouillon dénommé 'Marka'. ......

Le couscous est accompagné traditionnellement de 'Marga', sorte de bouillon de légumes. On l'accompagne également de lait chaud à l'oignon, c'est le couscous 'belhalib' ; ou bien servi sucré avec des raisins de coriande, c'est le 'Mousmoufe'.

 

 

Donc en fait, quand on parle de couscous, on parle de la graine de semoule, et là il y en a un nombre limité , par contre les recettes portent sur le bouillon ( marka ) et là je reviens à mon idée de base.

 

Partant de là, voici ma recette pour ceux qui ont suivi :

 

HYPER SIMPLE

 

je prends tous les légumes qui me passent par la tête et qui peuvent aller dans un bouillon : carottes, navets, oignons, choux, aubergine, courgette.

Je commence par faire revenir tout cela coupé en petits morceaux dans du beurre et un peu d'eau, puis je met plein de plein de raz el hanout, qui est ce mélange spécial "marga / couscouss" et qui en fait est un mélange d'épices dont le nom signifie " fierté de mon magasin" ou un truc du genre. Bref, tout cela pour dire que je connais pas trop ce qui a dedans.

 

un détour par google sur aromatiques.com me donne :

 

RAZ EL HANOUT (poudre)

Origine : France. Mélange typiquement Moyen-Oriental chaud et parfumé, moyennement piquant, parfait dans les tajines et autres ragoûts, couscous, gibier et friandises au beurre, miel et amandes. Ingrédients : coriandre, curry, curcuma, carvi, cumin, piment fort, sel, farine de riz. Plus riche, plus typé et plus parfumé que le mélange couscous.
 
 
ah ah, là je suis perdu. Il y a donc un autre mélange, le mélange couscous ???
 
bref, je met encore des tomates pelées, de l'eau, des fruits secs, sucre, sel et poivre puis je laisse mijoter longtemps.
 
simple mais délicieux.
 
Un clin d'oeil à Jeanjean, Gaetan , Agnes et Suzy qui vont déguster cela ce soir ...

17:53 Écrit par jeepee dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

12/11/2006

Achetez le magazine "elle" en décembre !

A suivre absolument ... nous allons éditer avec le magazine "elle" un cahier de recettes sur le thème " fresh attitude". Une trentaine de recettes créées par Floflo san

mmmmh-005712 chef florence duhoux LOW RES

 

et mise en page dans un superbe mini-livre de recettes.

Il sera disponible dans les librairies en décembre. Allez l'acheter, vous pourrez faire d'une pierre deux coups , enfin connaître tous les trucs beautés et l'actu "fashion" et ... vous faire plaisir en cuisinant léger durant les fêtes ...

 

Un avant-goût d'une recette ...

 

essai recettes fresh

 

Convaincus ?

18:23 Écrit par jeepee dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/11/2006

Soirée people chez Mmmmh!

devant

 

 

Une fois n'est pas coutume, nous avions cette semaine une soirée "people" chez Mmmmh! . Organisée en collaboration avec le magazine Elle déco, nous avions chez Mmmmh! une belle brochette de VIB  ( very important bruxellois) qui ont participé gaiement à un cours " Cuisine et Champagne Ruinart" !

 

ruinart

 

 

 

 

 

 

Etaient présents entre autres, Stéphane de Groodtde groote,Jonathan Jossart,Laurent Haulotte,JM Zecca,Jean Heinen,Céline Alexandre,Pierre Marcolini,Claudia Lomma,Didier de Radiguès,Raphael de Borman,Alain Van den Hove,Valérie de hauotteJonghe,Mélanie Dewulf,Edouard Vermeulen,Philippe De Jonghe,Annick Poodts et une bonne partie de l'équipe de Mmmmh! touta et alexcomme François, Touta, Carlo, Alexandra et ... moi bien entendu !

jp

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

briefing

 

Au menu ?  Des recettes que nous vous recommandons pour vos fêtes !!! En voici l'intégralité :

 

Salade tiède de homard à l’huile de vanille, salsa de mangues aux parfums d’orient, croustillant de pancetta

2 gousse de vanille bourbon

1 petit verre d’huile d’olives

1 mangue très mûre

1 feuille de kaffir

1 piment rouge parfumé mais non piquant

1 bouquet de coriandre

Huile d’olive

2 homards de 800gr

2 tranches de pancetta

Sel

Fleur de sel

Poivre noir

 

homard

Séparer les gousses de vanille en deux, retirer les grains avec le dos d’un couteau. Déposer grains et gousse dans un petit poêlon. Ajouter l’huile d’olive. Bien mélanger. Chauffer doucement l’huile (+/- 60°C) durant une dizaine de minutes. Retirer du feu. Laisser la vanille infuser.

Hacher finement les feuilles de coriandre. Détailler les feuilles de kaffir en très fines lamelles. Retirer le pédoncule et les grains du piments et le hacher finement.

Détailler la mangue en petits cubes. Mélanger la mangue, la coriandre, le kaffir et le piment. Assaisonner d’huile d’olive, de sel et de poivre.

Disposer les tranches de pancetta dans une poêle à feu moyen. Laisser cuire jusqu’à ce que les tranches soit croustillantes. Les casser en morceaux une fois refroidies.

Cuire le homards au court-bouillon (1 minute par 100 g, dès que l'eau bout à nouveau). 

Variante : faire sauter les homards coupés en deux à la poêle en les assaisonnant régulièrement d’huile de vanille

Retirer du feu et du liquide de cuisson. Le couper en deux dans la longueur. Retirer la poche à graviers située près de la tête et l’intestin. Faire sauter rapidement le demi- homard dans l’huile d’olive parfumée à la vanille.

Pour le service, décortiquer les pinces et la queue du homard. Couper la queue et les pinces du homard en médaillons.

Dessiner deux bandes parallèles en assiettes constituées d’une alternance de médaillons de homard, de salsa de mange. Saupoudrer de fleur de sel. Déposer un cercle de morceaux de pancetta grillée et un filet d’huile de vanille.

 

 

Magret de canard de Challans,  mesclun de persil aux fruits secs, tour de potiron, duo de balsamiques hors d’âge

 

300gr de potiron pelé et détaillé en petits cubes

200gr d’un mélange de pignons de pins, noisettes et pistaches

4 abricots secs

1 gros bouquet de persil plat

Le jus d’une orange

Le jus d’un citron vert

Huile d’olive (pas trop fruitée)

2 magrets de canard

Vieux vinaigre balsamique

Vinaigre balsamique plus jeune

Fleur de sel

Poivre noir du moulin

canard

 

Faire dorer les fruits secs excepté les abricots à la poêle à sec ou au four. Laisser refroidir. Hacher les fruits secs de façon assez grossière. Hacher les feuilles de persil de la même manière. Préparer une vinaigrette avec de l’huile d’olive, du jus de citron vert, du jus d’orange, du sel et du poivre noir (2/3 huile, 1/3 acide). Mélanger la vinaigrette à la salade de persil et de fruits secs. Réserver.

Faire sauter rapidement les dès de potiron dans une poêle avec de l’huile d’olive jusqu’à ce qu’ils soient tendres et dorés à l’extérieur.

Entailler le peau des magrets en croisillons. Faire cuire les magrets à la poêle côté peau 10 minutes. Jeter la graisse. Essuyer la poêle. Remettre les magrets à cuire côté chair 4 minutes. Les retirer du feu, les envelopper dans du papier aluminium et les laisser reposer 5 minutes.

Disposer un emporte pièce au centre de l’assiette. Répartir les dès de potiron sautés, bien tasser. Recouvrir de salade de persil aux fruits secs. Enlever l’emporte pièce. Découper les magrets en tranches fines, les présenter en assiettes, autour de la composition potiron-salade. Finir avec un trait de vieux vinaigre balsamique et un trait de balsamique plus jeune. Saupoudrer le canard d’un peu de fleur de sel, servir.

 

 

 

 

 

Croustillant de brik, crème de mascarpone aux agrumes, inclusion de framboises

 

300gr de framboises fraîches

6 feuilles de pâte filo

100gr de beurre

50gr de cassonade

50gr de sucre en poudre

Sucre glace

zestes d’un citron vert

Zestes d’une orange

300gr de mascarpone

 

mmmmh-088821

Préchauffer le four à 180°C. Beurrer chaque feuille avec du beurre fondu et parsemer d’un peu de cassonade. Disposer 3 feuilles l’une sur l’autre et découper 8 rectangles de taille égale. Les disposer sur une plaque recouverte de papier à pâtisserie. Cuire +/- 10 minutes ou jusqu’à ce que la pâte filo soit dorée. Laisser refroidir hors du four.

Mélanger le mascarpone, les zestes de citron vert et d’orange et le sucre glace. Réserver au frais.

Au moment de servir, disposer un rectangle de pâte filo sur chaque assiette, recouvrir d’un peu de crème de mascarpone et de quatre framboises. Ecraser légèrement les framboises. Recouvrir d’un rectangle de filo. Déposer un gros trait de mascarpone à la poche à douille au centre du rectangle, dans la longueur. Déposer  4 framboises. Parsemer l’assiette et le millefeuille de sucre glace.

 vaissele

 

 Tout ce petit monde s'est bien amusé et a très bien cuisiné ... puisque selon notre habitude ...duo si on a mangé chez Mmmmh! ... c'est qu'on y a cuisiné !groupe

 

 

 

 

 

 

 

crabe

14:31 Écrit par jeepee dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

25/10/2006

SIAL, la visite

Autre temps fort de la semaine ... la visite lundi passé par Carlo et moi du salon International de l'industrie agro-alimentaire, le SIAL
logo_ti2

 ... Edifiant ... et intéressant. Des milliers de m² dédiés aux produits de bouffe ( oui bouffe , pas bouche ). des contrastes très fort mais malgré tout passionnant. J'y reviendrai en détail mais je ne peux me retenir de vous citer un des gagnants du SIAL d'or : "

 

 Produit :Chef Spray Vinegar in different flavours
 Société :Cerebos Greggs Ltd
 Date de lancement :Juin 2005
 Pays :HONGRIE
   
 
Chef Spray Vinegar in different flavours, , une gamme de 3 vinaigres à vaporiser…
La gamme se compose de 3 produits : vinaigre balsamique, vinaigre de framboise et vinaigre balsamique au basilic. Les compositions sont à la fois acides et sucrées.
La bouteille en verre de 20 cl est facile d’utilisation car équipée d’un vaporisateur, sans gaz compresseur, permettant ainsi de préserver l’environnement.
Innovation : Facilité d’utilisation grâce au vaporisateur

 

On croit cauchemarder ... Carlo et moi avons préferé passé notre temps sur un stand qui faisait 3 m² ... mais quel stand ... le stand officiel qui représente le consortium des fabricants de Aceto Balsamico Tradizionale de modena , autrement les vrais de vrais de vrais , sans aucune comparaison avec ce brol hongrois. On y a eu droit à une dégustation de velours ... 6 flacons ... mmmmh:

aceto

 

et pour ceux qui ne connaissent pas encore cette histoire de vinaigre balsamique ... c'est que vous ne suivez pas bien mmmmh

22:30 Écrit par jeepee dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

C'est le grand retour ...

Et oui ... c'est le grand retour ... Cela fait plusieurs mois que cela me travaille et c'est décidé, je recommence à vous faire partager mes périgrinations gourmandes chez mmmmh ! avec ce blog. Tout d'abord, mon actualité gourmande ... le prochain dîner à la maison ... à la demande des invités, pour une fois, je dois faire du classique, de l'hypra classique ... donc ce sera foie gras en entrée, solettes de zeebrugge que je vais chercher avec Falstaff et Dona sur place dans la journée ...

zeebrugge5

 

et pour terminer une mousse au chocolat SANS cardamome. Bon ok, tout cela n'est pas mon habitude mais bon, les classiques, faut pas les oublier...

22:20 Écrit par jeepee dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/01/2006

Resource

Comme annoncé dans un précédent post, je m'étais fixé comme objectif de changer un petit peu de "cremerie" pour ce premier trimestre 2006 et de visiter quelques unes des adresses incontournables-dontonparle-àlaunedekioske-quoityaspasencoreété ... Comme il fallait bien commencer par une adresse, j'ai choisi d'aller dire un petit coucou à Ethan, notre chef "butane", surnommé ainsi pour sa maladresse légendaire dès qu'il s'agit de faire autre chose que cuisiner. Notre petit génie new-yorkais aux cheveux rouges a en effet décidé de nous quitter pour quelque temps ( suis sur qu'il va revenir un jour) pour aller travailler dans ce nouveau restaurant près de la Place Rouppe.

Tout un programme ... Comme il le dit lui-même, le chef Christian Baby y propose «une gastronomie urbaine, innovatrice qui allie éthique et plaisir de la table». Euh, j'ai pas été aussi loin mais nous avons superbement mangé ... Du plaisir et des surprises à l'état brut. J'ai commencé par les petites mises en bouche aux légumes dans tout ses états ( de la purée de vitelottes au pavé de betterave en passant par une mousse de panais ), vu que je suis un afficionados de légumes, c'était parfait ... On suit par l'entrée, un trio de foie gras ( raviole de foie gras aux truffes, foie gras au torchon et foie gras poelé aux pommes). Que dire ... si vous aimez le foie gras, c'est délicieux ... Alors que je ne suis pas DU TOUT un amateur de foie gras poelé, c'était divin. Le plat était composé principalement de "porc pata negra" qui réconcilerait un musulman avec cette viande. Je dois avouer ... je n'ai jamais mangé du porc comme cela. Remarquons au passage l'originalité du chef de mettre à sa carte ce type de viande, délaissant les sempiternels boeufs trucs et brols. ( cube roll ). Les desserts sont une variation sur un même thème ( chocolat, citron ,etc ). Bref, à part le fait que deux tables étaient extrèmement bruyantes ( au point que le maître d'hôtel a du intervenir / by the way, je ne comprends toujours pas ce qui poussent des gens à hurler au restaurant. Je peux comprendre que quand on est dans le restaurant " le phare du pirée", pris par l'ambiance grisante des petits os surgelés rotis aux herbes seches de provence et l'ivresse divine de la retsina, on commence à hurler à son voisin, la bouche pleine de petits morceaux de viande coincés entre les dents et les doits poisseux ... Mais là ... je ne comprends pas. Regardez les photos de ce post et dites-moi si cela vous inspire des hurlements autres que silencieux ...

10:41 Écrit par jeepee | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

09/01/2006

Une fois n'est pas coutume

Pour commencer en fend-phare cette année, j'ai décidé de vous parler d'un café, un vrai, un chouette qui sent la clope et la bière. En effet, j'ai beau être non fumeur, ne pas supporter fréquenter une damoiselle du sexe opposé adepte du cow-boy ou du chameau ... j'ai encore plus en horreur de sentir la cigarette dans un restaurant ... je trouve qu'un cafféééii sans ce nuage bleu, il lui manque un pt'it kek chose. Un je ne sais quoi qui fait la différence entre un repère de egomagazinistes et un café où on boit une Orval ... Donc j'ai été récemment deux fois en une semaine dans ce café ... le MONK situé dans la même rue que le magasin thai de Touta. Il fait partie de ces cafés du centre ville qui ont indubitablement une âme.  Même le fait qu'on y parle la langue de vondel comme dans pas mal d'établissements du côté dansaertois y ajoute une touche d'exotisme ( bon dieu, je n'avais pas vu que j'avais déjà passé le rupel, il ne s'agissait que du boulevard adolphe max ... ). Bref, ce qui est le plus surprenant dans ce caberdouche ( outre certaines tronches pas possible de consommateurs imbibés vers 02h du matin un dimanche soir ( ou lundi matin , comment trancher ? ), c'est qu'il vient de s'ouvrir il y a quelques mois ... comment faire pour créer une âme si vite et sentir aussi mauvais aussi rapidement, c'est un miracle ... bref, à aller visiter avec son pocket fr/nl et son ticket de pressing pour le lendemain mais .... c'est sympa !

18:34 Écrit par jeepee | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/01/2006

Siska , les gaufres mythiques du Zoute

Je ne puis résister à la tradition et vous présente donc, chers lecteurs assidus de ce Mmmmhblog, mes meilleurs voeux culinaires pour 2006. Que celle-ci vous apporte plein de découvertes oenologiques, de bonheurs culinaires et autres grignoteries toutatesques ... De mon côté, je peux vous annoncer que le site de Mmmmh! va changer cette année ... je peux vous promettre plus de photos, des vidéos, de l'interactivité et plein de blogs, toujours des blogs...
 
Mon premier sujet de l'année ( en attendant que je finisse de voyage à Paris ) sera sous le signe d'une grande tradition à la côté belge, SISKA. J'y ai passé mon enfance et je dois avouer que j'y retourne toujours avec un brin de nostalgie en pensant à l'époque des vacances chez ma grand-mère ...

 
Alors pourquoi parler de siska aujourd'hui me direz-vous ?  Tout simplement parce que j'ai été passé deux jours avec un ami et ses enfants et que nous y étions. Un père noêl nous accueillait à l'entrée et je ne peux résister à l'idée de vous le montrer ...

 Bon soit, Siska, c'est quoi ? ( pour ceussse qui ne vont pas au zoute quoi dis ! ), Siska, c'est un institution, c'est un mythe, c'est une histoire ( et accessoirement un lieu où on mange plein de trucs pas très bon si on excepte la fameuse gauffre )

.


 
Comme je suis un grand paresseux ( et donc intelligent il parait ), voici leur histoire tirée de leur site web :  
 
 
It all started around 1882. Fransisca Fincent had been married three times, and widowed twice. She was the mother of 16 children, of which 6 were stillborn. These were hard times, when life was just a matter of survival.
 
 



 Her first husband was called François De Fonseca, of Spanish noble descent and with whom she had 8 children. With her second husband, Felix Vandepitte from Aalter, she had 2 children. Louis De Vos was her third husband, and with him she had 5 more children.
Father De Vos was a miller, and next to the mill Fransisca kept an inn which served as waiting room for the farmers while their grain was being ground. The farmers paid the miller with two scoops of flour from each sack that was ground. The miller's family used this flour to bake bread and to raise cattle. So, one could always rely on bread with smoked ham, cottage cheese or an omelet at the inn.
 Fransisca was called "Moeder Siska" -Mother Siska- by her children, and soon everyone began to call her by this name. One sunny summer's day Moeder Siska decided to treat herself to a trip to Amsterdam. She visited one of the museums there, and in one of the paintings she saw a waffle  with five small hearts and gave this drawing to her brother-in-law, who was a smith in De Pinte. The waffle iron was forged.
As she was fond of eating well (she weighed no less than 135 kg) she made a batter, that to this day constitutes the basis for the waffle's success. On every child's birthday waffles were baked. One day a notary from Antwerp visited Moeder Siska and tasted the delicious waffles. He immediately asked her to organize a birthday party for one of his children. This party was such a success that many more requests followed. 
 Before long Moeder Siska's became a meeting place for tourists from the Heist area. A horse-and-cart was recruited to bring along the visitors. Initially waffles were only baked to order, but from 1892 one could enjoy the speciality without first having to place an order.
Because of the ever-increasing onrush of clients, it  became necessary to place trestle-tables in the adjacent meadow. Moeder Siska also bought folding chairs from a bankrupt circus - which are still in use to this day. Her children's playground was expanded so her customers could use it.
Moeder Siska's sons did the baking and the heavy work, while her daughters helped in the inn. In winter, all the children went to the Walloon provinces of Belgium to improve their French and thus be better able to help the mainly French-speaking clientele.
 Moeder Siska's waffle house turned out to be such a success that she advised her children to open other waffle businesses. In 1907, five of her children opened "Bij de kinderen Siska" ("Siska's children").
Her youngest daughter, Marie, also wanted to follow Siska's example when the first World War broke out. Siska passed away in 1918 and never witnessed the opening of the third business. "Bij de Dochter Siska" ("Siska's Daughter") was opened in 1919 and after a couple of years the name was changed to "Marie Siska".
In 1924 Moeder Siska's youngest son opened "Gustave Siska" and in 1936 one of her granddaughters, Germaine De Fonseca opened a fifth "Siska" in the town of St.-Idesbald.
These "Siska" continued to grow until after the second World war and contributed to the development of tourism in "het Zoute". However, unlike their mother, only a few of Siska's children married.
Marie Siska did have a son and a daughter. In 1949 her son, Urbain, took over the "Marie Siska". Her daughter took over the "Kinders Siska" from her aunts.
 Eventually Moeder Siska' s home was sold and demolished. In its place came a residential area. Luckily the old mill was saved and converted into a country abode.
Gustave Siska became gravely ill and sold his business. The Siska in St.-Idesbald shared this fate.
In 1988 "Kinders Siska" was sold, as there were no successors in de family business either.
The name and buildings of these four Siskas were indeed sold, but not the secret of the batter!
As mentioned before, Urbain Dossche (Marie Siska's son) took over his mother's business in 1949.
He initiated its expansion, adding a restaurant and a mini-golf course which led to the name "Marie Siska" being acknowledged far and wide.
Paul Anka, Josephine Baker, Martine Caroll, Ava Gardner, Gilbert Bécaud, and The Platters paid several visits. King Leopold III was already a customer when he had his country house in the Zwin with Queen Astrid. After the war he used to come and eat a waffle with friends after a round of golf. They were seated in a separate room, and the table he used to sit at was referred to as the King's table by the staff, and it is still there to this day. Everyone used to come to Siska's, it used to be a "family paradise", but the years had not been kind to the building, and in 1967 the whole of Marie Siska with the exception of the waffle bakkery was demolished. It was rebuilt as a complex with 500 indoor  and 500 outdoors seats.
 Obviously, running a business like Siska requires good health, and so, in 1987, the business was left to the fourth generation. Moeder Siska's great-grandson Stefan and his wife Nathalie took it upon them to keep up the tradition of the waffle.
A number of changes ennied: a hotel ...
A hotel has been added, with 8 luxurious rooms, the playground has been adapted to meet the latest safety standards, the kitchens have been modernized and expanded. Today Siska can bake 26 waffles in three minutes. So, there have been quite a few changes over the years. The only thing that remains exactly the same is the waffles baked by Moeder Siska. We are proud to be the only ones who still know and use her original recipe.
Meanwhile the fifth generation of Siska is at play in the Playground, let us hope that they will also continue this tasty tradition of "het Zoute".
The family's De Fonseca, De Vos, Dossche. 
 

 

Voilà, comme cela vous ne pourrez être pris en flagrant délit de non-initié lorsque vous dégusterez votre gauffre ...







08:56 Écrit par jeepee | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

15/12/2005

La liste des restos où je DOIS aller dans les deux mois

Plutôt que de vous parler de là où j'ai été ... je vais vous citer là où j'ai décidé d'aller dans les deux mois :
 
- Yoma
- Resource
- Jaloa
- La cuisine
 
La où je veux retourner :
- Bon bon
- winery ( bon quand est-ce que tu ouvres le soir ??? du vin à midi, c'est pas cool ).
 
 

23:07 Écrit par jeepee | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Paris la suite

Pour ceusse qui suivent ce blog... sachez que la suite de mon week-end à Paris arrive...
 
En attendant ... une petite photo pour saliver.
 
Et comme la mode est aux concours sur les mmmmhblogs.
Celui qui me donnera le nom du fournisseur de ces délicieux macarons ... je lui en ramènerai la prochaine fois que je vais à Paris ...

22:41 Écrit par jeepee | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

13/12/2005

Intermède avant la suite de Paris

J'ai trouvé qui se cache derrière le pseudo "lady x" .... c'est Marat ... le chien de Claudia ...
 



20:08 Écrit par jeepee | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

05/12/2005

 Chez rené

Ah ah ah ... la soirée commence ... avec mon ami François Coart , bruxellois parisien ou français bruxellois, je sais plus. Comme il me sait amateur ... il me choisit une adresse , disons euh typique. Cher René au 14 boulevard Saint-germain. La quintessence du bistrot, mi-parigot, mi-lyonnais ! Chez Jean-Paul Cinquin on vient se régaler d'une bonne cuisine, bien franchoullarde avec cochonnailles et boeuf bourguignon.  J'ai terminé ce menu tout en délicatesse par un fromage lyonnais non identifié et le clafoutis de la patronne ( comment refuser ce genre de trucs , moi je sais pas ). Bref, la totale, le tout arrosé d'une bouteille de Julienas et chenas maison, qui confirme que le beaujo, c'est du bon vin ! Après, me sentant léger , léger ( j'avais quand même bu pour la bonne conscience de la badoit ), j'ai absolument voulu aller dans le marais car je ne connaissais pas. Je pense que François non plus ... car on a terminé du côté Bastille et c'était pas top. François C., (pas Dussart) ne tenait plus sur ses grandes quilles et oscillait dangeureusement sur les trottoirs. Moi de mon côté, mon centre de gravité s'étant alourdi dans la soirée, je tenais droit ...on a donc terminé dans un bar bruyant avec des djeunes et des bières et je sais plus trop quoi mais pas grand chose. Retour par un taxi, merci msieur et salut François à la prochaine pour un steak au rendez-vous des artistes ... La suite demain..



16:59 Écrit par jeepee | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

 Après Le café de la Paix, le Marly

Je me depeche ensuite pour arriver à mon deuxième rv ( oui oui, vous voyez, j'ai vraiment bossé dur ... ) qui a lieu au café Marly avec marianne, une charmante "chef" avec laquelle nous avons déjà eu l'occasion de collaborer et qui va être notre tête de pont sur nos futures opérations parisiennes. A propos, faut que je lui ouvre un blog !!  Un petit extrait de site web présentant cet endroit ...

Café Marly Cour Napoléon du Louvre; 33-1/49-26-06-60. Paris, 1984: brothers Jean-Louis and Gilbert Costes opened the Philippe Starck-designed Café Costes, and Paris society never looked back. The café closed in 1993, but its success spawned even cooler creations: Café de la Musique, Café Beaubourg, and, most recently, Le Georges, which arrived this year at the Pompidou Center. Best of all is Café Marly, whose terrace stretches under the arcades of the Richelieu galleries of the Louvre. (The interior is designer Olivier Gagnère's riff on a Second Empire theme.) The same magnetically modish crowd that descends on the Hôtel Costes bar nightly spends the day at Marly, gossiping and posing in the shadow of I. M. Pei's pyramid. You, too, can feel fabulous lounging in a swank burgundy velveteen chair with a tomato-and-chèvre tart, Madame Figaro, and a perfect citron pressé. So fabulous you'll forget all about your appointment with Mona. Hanging out at Marly, ignoring the Louvre-how parisienne.

Bon, d'accord, ça fait un peu fashion victim / has been / pitoyable de trainer dans ce genre d'endroit mais je ne me refais pas ...


16:55 Écrit par jeepee | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Tout a commencé vendredi ...

Après comme d'habitude avoir couru entre les différents guichets de la gare du midi pour récupérer mon billet ( l'inconvénient de la vente thalys par internet ... c'est que on doit passer de toute façon par le guichet ... ce qui finalement revient à ... l'acheter sur place, donc je ne comprends pas trop pourquoi passer par internet mais bon, si la sncb était organisée, cela se saurait ! ) , je ne me suis pas aventuré jusqu'à la voiture restaurant , mon estomac ne criant pas encore famine et les pringles / pepsi light ne me semblaient pas encore la meilleure façon de commencer la journée.  J'ai donc déjeuné avec mon rendez-vous professionnel ( sisisi, ce n'était pas que pour aller chez COLETTE que j'ai été à Paris ) au Grand Café. Adresse mythique s'il en est, entre piège à touriste et adresse renommée, j'ai pas tranché mais le menu express était délicieux. Il exprimait parfaitement la notion d'express .. rapide mais cher ... Pour commencer un carpaccio de betteraves crues avec une mousse ( ils avaient sans doute appelé un capuccino ou un truc du genre mais j'ai retenu que je pouvais le manger sans mes dents surtout ) au fromage délicieuse. Cette entrée fut suivie par un veau aux morilles avec quelques pommes de terre .  Une vraie viande de qualité ! Bref, cher mais au moins pas mauvais. A recommander pour épater votre belle-mère américaine. Et tant pis pour vous si vous n'en avez pas... Suite de ma journée au prochain post.

16:48 Écrit par jeepee | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |